3 étapes pour réussir sa formation mixte

Pourquoi choisir une formation en Blended Learning

Opter pour le Blended Learning permet de satisfaire les attentes de l’apprenant tout en assurant une montée en charge ciblée, et dans le temps. Libéré des contraintes et de la pression du groupe, le salarié acquiert les connaissances à son rythme. Pour les plus réservés, le soutien discret du formation, par mail, est également un véritable atout.

Entre deux modules à distance, l’échange animé par un formateur, prolonge l’envie d’apprendre. Ici, l’émulation collective et les temps accordés aux mises en situation sont essentiels pour ancrer les connaissances.

Cette mise en commun est également très appréciée des apprenants, qui regrettent parfois la passivité de certains modules. Au fil du parcours, la validation des différents paliers est perçue comme une motivation supplémentaire.

La méthode YES’N’YOU

Ed’Tech innovante qui allie pédagogie, nouvelles technologies et Digital Learning, YES ’N’ YOU développe depuis 2007 ses formations en Blended Learning et travaille avec plus de 30% des entreprises du CAC 40 dont Vinci, Orange, BNP, L’Oréal etc.

Dans ses formations Blended Learning, trois ingrédients sont indispensables au succès : une bonne définition du niveau et des besoins, un programme personnalisé, un suivi et des outils de reporting bien pensés. YES ‘N’ YOU vous accompagne dans la réussite de ces différents aspects.

Étape 1 : Bien définir les besoins

La première étape consiste en, la définition des besoins et objectifs. Afin de profiter d’une formation adaptée à son niveau initial et les nécessités liées à sa fonction, l’apprenant réaliste un test. Celui-ci repose sur l’évaluation de 4 compétences stratégiques : expression écrite et orale, compréhension écrite et orale. Réalisé sous la tutelle d’un formateur, ce test permet de connaitre le niveau sur l’échelle Européenne (CECRL). Pour une analyse macro en entreprise ou pour identifier les collaborateurs ayant des besoins spécifiques de formation, YES ‘N’ YOU propose un outil d’audit appelé le Talent Analysis.

Étape 2 : Une formation individualisée

Après avoir travaillé en autonomie, sur les pré-requis, à l’aide de modules vidéo, les apprenants sont conviés à une première rencontre avec le formateur. Celle-ci peut se dérouler en présentiel, par téléphone ou visio-conférence. Centré sur les besoins des participants, cet échange est l’occasion de mettre en pratique les premiers acquis. Des exercices complets afin revenir sur les incompréhensions, débloquer les plus timides et stimuler l’envie d’apprendre ! Avec cette méthode, inspirée du Flip ClassRoom, l’apprenant avance à son rythme, tout en souplesse.

Étape 3 : L’analyse des performances

Chaque étape du Blended Learning fait l’objet d’un suivi complet, reporté dans le Talent Analysis for Manager, afin de vous assurer de garder une visibilité complète sur les axes de progression à suivre. En parallèle, l’apprenant accède, lui aussi, à ses performances via le Talent Analysis for Learner. Une doubla analyse qui favorise dialogue interne et rentabilité des actions menées tout au long du parcours de Formation.

Pourquoi se former à l’anglais ?

L’anglais, un booster de carrière

Choisir de parler anglais, c’est faire le choix de s’ouvrir à l’international. En plus d’être la langue du commerce, du web et de la technologie, l’anglais est parlé dans plus de 75 pays et par plus de 375 millions de personnes. De plus en plus, la France tend à s’ouvrir à l’international et les entreprises recherche des talents pouvant parler et écrire l’anglais.

Quelques chiffres​

A l’heure du World Wide Web, il est difficile de se contenter de parler franglais. 89 % des cadres sont amenés à utiliser une langue étrangère dans leur quotidien professionnel, à 99 % l’anglais. Si les deux tiers osent prendre la parole en public, seulement 32 % jugent leur niveau de langue opérationnel.

A peine 44% des cadres ont déjà suivi une formation professionnelle en anglais, pourtant l’entreprise attend de ses salariés qu’ils aient un niveau courant.

Parler et comprendre l’anglais sont devenus essentiels pour des relations efficaces et productives avec des collègues, des clients ou encore des partenaires dans d’autres pays. Auparavant considéré comme un plus, c’est devenu une nécessité. Que ce soit pour travailler, voyager ou s’ouvrir au monde. Il est devenu indispensable de parler anglais si vous ne souhaitez pas trouver votre CV en bas de la pile. Au sein des entreprises, c’est l’une des compétences les plus demandées sur le marché. Elle permet d’accéder à des hauts postes, de développer sa carrière et très souvent d’être mieux rémunéré, car vous devenez un atout considérable.

Lors des entretiens d’embauche, il est important de montrer ses compétences. 1 entretien sur 2 se termine en anglais afin d’évaluer le candidat. Il est important d’indiquer son niveau réel sur votre CV pour ne pas vous retrouver face à un employeur et ne pas pouvoir lui répondre. Entre deux candidats au même poste et à compétences égales, ce sera celui qui sera apte à parler le mieux anglais qui sera retenu, alors autant mettre toutes les chances de son côté.

 

Pourquoi l’anglais est important au quotidien ​

Parler anglais, d’accord, mais pourquoi ? Si vous hésitez encore à vous former, voici quelques raisons qui pourront vous faire changer d’avis :

  • Une des plus grandes angoisses lorsqu’on voyage, c’est de ne pas réussir à se faire comprendre. Si vous voyagez à l’étranger, que vous vous installez dans un pays francophone, l’anglais pourra vous permettre de communiquer et de tisser des liens facilement
  • Cela vous est déjà arrivé de regarder un épisode d’une série américaine comique et de ne pas rire parce que vous avez la mauvaise traduction des voix françaises ? Au fond, vous savez que les blagues sont beaucoup plus drôles en anglais et que la traduction est souvent mal faite. Pourtant, vous n’arrivez pas à vous concentrer sur les sous-titres, les blagues et les mimiques de votre acteur préféré.
  • Votre chanson préférée est au programme du karaoké de ce soir, mais vous savez bien que vous allez faire du yaourt… Grâce à l’anglais, vous pourrez chanter et comprendre vos chansons favorites.
  • D’un point de vue professionnel, vous serez beaucoup plus valorisés si vous êtes capable de parler anglais

Comment progresser ou maintenir mon niveau d’anglais ? ​

Décidé à affiner votre anglais de bureau, plusieurs options s’offrent à vous. La plus simple, regarder ses séries en VO avec des sous-titres en anglais pour commencer. Vous prendrez l’habitude d’entendre parler anglais avec différents accents dans divers domaines. Vous pouvez également lire vos actualités en anglais en commençant par des journaux simples à comprendre. Vous développerez ainsi votre compréhension écrite sur des sujets d’actualité. Ainsi, votre lecture sera beaucoup plus fluide et plus rapide. Une dernière technique encore sous-estimée, mettre votre téléphone en anglais ! Et si l’envie et la motivation vous dit, vous pourriez même changer la langue de votre commande vocale. Ce ne sont que des petites astuces qui vous permettront de maintenir votre niveau global.

Mais si vous souhaitez réellement progresser en compréhension comme en expression écrite et orale, la meilleure solution reste la formation. Vous pourrez apprendre l’anglais avec un professionnel qui suivra votre évolution et surtout vous aurez accès à une certification. L’E-Learning est une réponse sur-mesure très appréciée par les employés, car tout est fait à leur propre rythme et ils sont indépendants dans leur progression.

Les daily challenge by YES ‘N’ YOU​

Niveau A1 : 

  • Comptez les étages dans l’ascenseur en anglais
  • Essayez de trouver des mots de vocabulaires du quotidien comme une table, une chaise, un arbre
  • Demandez le prix d’un article dans une boutique
  • Niveau A2 : What time is it ? Essayez de donner l’heure à vos collègues en anglais
  • Commandez votre plat au restaurant
  • Regardez un épisode de votre série préférée en anglais sous-titres en français

Niveau B1 : 

  • Racontez votre dernier voyage à un de vos amis ou collègue
  • Lisez un article de votre choix
  • Conversez avec quelqu’un qui vous aborde en anglais dans la rue

Niveau B2 : 

  • Fan d’Harry Potter ou d’une autre saga similaire ? Lisez-le en anglais
  • Ayez une conversation et pourquoi pas même un débat sur le sujet de votre choix
  • Regardez votre film préféré sans sous-titre

Niveau C1 : 

  • Animez une réunion en anglais
  • Essayez de deviner l’accent de vos acteurs préférés

Niveau C2 : 

  • Formez quelqu’un en anglais, that’s another kettle of fish

 

Le saviez-vous ? ​

Il existe deux formes de formation. La classique faite par un organisme de formation et celle de la vie. Tout au long de votre existence vous allez apprendre et retenir des choses, à vous de voir dans quelle langue vous souhaitez les apprendre. Pour que cette formation soit vraiment efficace, il faut de l’implication et de la motivation. C’est ce qu’on appelle, le Lifelong Learning, vous êtes le principal acteur de votre montée en compétences. Cette approche est très souvent utilisée dans les organismes de formation afin de maintenir la motivation et l’envie de l’apprenant sans pour autant lui donner l’impression qu’il est surmené. Cela permet de simplifier l’accès à l’apprentissage par la mise en place d’outils accessibles et galvanisants et d’accompagner la progression afin de maintenir la motivation.

La gamification, un outil de formation qui fait recette !

La gamification, quézako

La gamification consiste à introduire des mécaniques de jeu dans un environnement qui initialement ne s’y destine pas. Challenge, défi, jeu de dés ou de cartes, la gamification n’a de limite que votre créativité : l’essentiel étant de s’amuser tout en mettant en pratique les apports théoriques appréhendés au préalable. Absorbé par sa mission, l’apprenant explose à son rythme, valide ses acquis et progresse en appliquant. Le tout, sans même s’en rendre compte et avec un plaisir non feint !

Gamification en formation, un jeu gagnant-gagnant !

Fortement inspirée de l’univers des jeux vidéo, la gamification trouve naturellement sa place dans l’arsenal du Digital Learning. Génératrive d’émotions positives, cette mécanique d’apprentissage offre bien des atouts, tant pour le collaborateur que l’entreprise, en maintenant l’adhésion de l’apprenant dans le temps et en augmentant ainsi nettement le taux de rétention des formations en ligne.

Acteur de sa formation, par de simples mises en situation comme des parcours plus complexes, l’apprenant est plus motivé, plus impliqué. Son corps agit avec son esprit, pratiquant ainsi la méthode du « Learning by doing ». De cette projection, le collaborateur tire davantage d’apprentissages, notamment par l’analyse de ses ressentis. L’acquisition des connaissances est plus rapide, et surtout, plus durable.

 

Jouer, oui, mais dans les règles…

A l’inverse du jeu, destiné à distraire, le jeu pédagogique repose sur la volonté de développer de nouvelles compétences, capacités ou habiletés. La dynamique « essai-erreur » au coeur de l’apprentissage, est l’une des sources d’enseignement les plus riches.

De même, un simple jeu peut être répété à l’infini, tant qu’il amuse celui qui le pratique. Le jeu pédagogique est, lui, conçu pour progresser. Ainsi, dès qu’une étape est franchie, l’on passe à la suivante. L’objectif n’est pas de réitérer l’action en boucle mais bien de l’intégrer pour atteindre un niveau supérieur.

Enfin, plus que l’expérience, c’est le retour d’expérience qui fait la différence. Là où le joueur lambda passe à autre chose en fin de partie, l’apprenant sujet à la gamification est invité à analyser ses ressentis pour en tirer des conclusions sur sa pratique. Quelles ont été les difficultés rencontrées ? Comment a-t-il vécu une telle mise en situation ? Cette phase de questionnements, intégrée au parcours, est l’une des clés du succès de cette mécanique.

Désormais convaincu des atouts de la gamification pour apprendre vite et bien, tout en gardant l’adhésion des collaborateurs, vous êtes décidé à explorer cette tendance. Seulement voilà, comment déployer un parcours de formation ludique et efficace, sans tomber dans caricature d’un obscur team building ? La réponse de la tient en 4 mots : plaisir, pédagogie, performance et profiling.

Le fil d’Ariane de la gamification dans la formation

Ludifier son parcours de formation ne s’improvise pas. En qualité de responsable RH-Formation, il vous faudra concilier le fond et la forme pour atteindre vos objectifs en terme de montée en compétences et de taux d’implication. Afin d’évaluer le potentiel d’un parcours de formation gamifié, proposé par un éventuel partenaire, inspirez-vous de la règles des 4P.

PLAISIR

La gamification vous aide à inverser la tendance en capitalisant sur le plaisir de l’expérience. En stimulant la curiosité et l’excitation du jeu, le cerveau sécrète une hormone du plaisir, la dopamine, qui amène l’apprenant à vouloir réitérer. Ici naît la motivation.

PÉDAGOGIE

Avant même de penser à ramifier vos formations, vous devez en définir précisément les contours pédagogiques. Généralement orchestrés autour de courtes séquences, les parcours de gamification reposent sur un objectif défini, des règles claires et simples.

PERFORMANCE

Stimulante, la notion de performance est indissociable de celle de jeu. Ne joue-t-on pas pour gagner ? Au travers de vos jeux pédagogiques, l’apprenant doit être continuellement sujet à victoire. A chaque objectif défini, une récompense.

PROFILING

Sur le modèle de l’Adoptive Learning, la gamification permet , via des parcours de formation en ligne, de personnaliser au maximum la montée en charge. Ainsi chaque participant bénéficie d’un circuit de formation individualisé, respectant ses acquis, ses lacunes et son rythme d’apprentissage.

Gamification en formation, à quoi joue-t-on ?

Les outils dédiés à la gamification sont nombreux. Pleinement inscrits dans le processus de Digital Learning, les jeux pédagogiques se déclinent ainsi sur tous les écrans, de l’ordinateur au mobile. Un accès simplifié qui s’impose comme un impératif, au même titre qu’une interface fluide, à l’UX soignée. Lors de la conception, on fera appel aux mêmes ressorts que le Blended Learning, en s’appuyant sur de courtes sessions, sous forme de rendez-vous pour maintenir l’attention. Les niveaux peuvent être également débloqués uniquement sous conditions, comme la validation d’un acquis par exemple.

Si certains secteurs appellent plus naturellement au jeu, la gamification est également une méthode efficace pour appréhender les apprentissages supports, tels que le management ou les langues. Pour cela, l’on s’appuiera volontiers sur le storytelling pour maintenir l’attention de l’apprenant. Mis en situation au gré des scénarios, le collaborateur doit ainsi atteindre ses objectifs pour avancer, seul ou en équipe. Pour être opérants, ces modules reposent sur un cadre clair et un objectif énoncé.

Enfin, dernier conseil, plus le concept à intégrer est compliqué, plus le jeu doit être simple ! Comptez sur l’expérientiel pour imprégner les apprentissages qui en découleront. Votre ambition : amener le participant à faire, recommencer, moduler, évaluer, réfléchir à sa pratique. Pour cela, il faut le libérer d’une éventuelle incompréhension des règles du jeu !