Quelle certification à l’anglais choisir ?

Le monde du travail est impitoyable. Et surtout, globalisé. Aujourd’hui, difficile de prétendre à un poste à responsabilités ou dans une multinationale sans maîtriser deux, voire trois langues. Seulement voilà, depuis que vous avez retrouvé Brian dans la cuisine, aucune sonorité anglo-saxonne ne s’est échappée de votre bouche. Ou à l’inverse, vous avez accumulé un sacré vocabulaire au fil de vos voyages, mais rien de très professionnel ! Rassurez-vous, de multiples solutions existent pour profiter d’une formation certifiante en langues. Comment renforcer son anglais pro ? Quel certificat viser ? Quelle méthode d’apprentissage privilégié ? Comment financer ma formation ?

YES ‘N’ YOU vous donne les clés pour booster votre carrière en valorisant vos compétences linguistiques. Grâce à votre CPF, vous pourrez vous financer votre formation facilement. Qu’est-ce que le CPF ? Il s’agit d’un compte alimenté chaque année, qui permet aux salariés de se former tout au long de leur vie professionnelle, quelle que soit leur situation ou leur contrat de travail.

 

Certifications en Langues, comment choisir ?

Parce qu’elles évoluent objectivement votre niveau d’anglais, les certifications en langues sont un outil très apprécié des entreprises. Lisible et pragmatique, le score obtenu pour une certification reconnu assoit votre propos. Pour vous aider à passer le bon niveau, voici un rapide panorama des certifications par objectif.

Echelle CECRL, la référence mondiale

Avant même d’explorer les différentes certifications, penchons-nous sur l’échelle CECRL, pilier fondamental du système d’évaluation linguistique. Partagé par plus de 130 pays, le Cadre Européen Comme de Référence pour les Langues (CECRL) est reconnu à l’international, permettant une lecture partagée du niveau de langue, d’un continent à l’autre, y compris dans les programmes d’éducation scolaire.

Son atout : proposer une échelle de référence indépendante de l’organisme évaluateur et transposable à toutes les langues. Scindée en 6 paliers, l’échelle CECRL évalue les capacités d’expression et de compréhension, orale et écrites, ainsi que la faculté d’interactions. Ici, pas de perdant, mais une grille de lecteur fonctionnelle, qui permet d’évaluer l’aisance à communiquer. A noter, l’essentiel des certifications en anglais ont une équivalent de l’échelle CECRL. Même si toutes, ne sont pas construites sur cette échelle.

Echelle CECRL

Certification en Anglais, laquelle vous va le mieux ?

TOEIC

Certainement la plus connue des certifications en anglais, le TOEIC a pour objectif de scorer votre niveau d’anglais actuel. Pour cela, vos aptitudes en anglais professionnel sont mises à l’épreuve sur la base d’un QCM de 200 questions. Evalué entre 10 et 990, le TOEIC est, par essence, inratable. Toutefois, un score minimum de 785 est souvent attendu des recruteurs, en école comme en entreprise.

S’il permet de faire le point sur vos compétences linguistiques, le TOEIC nécessite un investissement personnel important pour les moins à l’aise. Sans but et sans accompagnement, vous progresserez difficilement. Cette certification peut néanmoins vous permettre d’évaluer votre potentiel de départ sur la base d’une grille de lecture commune.

BULATS (LINGUASKILL)

Reconnu par le monde de l’entreprise, le BULATS, nouveau dénominateur du LINGUASKILL est un bon outil pour certifier votre niveau d’anglais actuel, à l’échelle du CECRL. Sujette au CPF et largement démocratisée au sein des grandes écoles, cette certification séduit par sa souplesse administrative, la sécurité de son dispositif de tests et coût très raisonnable.

Axée sur l’anglais commercial, cette certification évalue de 1 à 100 les aptitudes à s’exprimer en contexte professionnel. Attention, si vous ne vous fixez pas un objectif à atteindre, cette certification ne vous aidera pas à progresser. Nous la recommandons davantage aux profils déjà à l’aise, qui souhaitent une reconnaissance de leur compétence.

Cambridge

Fleuron de l’Université éponyme, la certification Cambridge est le reflet de l’excellence linguistique. Reconnue à travers le monde, cette certification passe au crible vos compétences en compréhension orale et écrite ainsi qu’en expression orale et écrite, également. A la différence des autres certifications, celle-ci considère vos acquis à vie. En contrepartie, elle est plus exigeante, puisque l’examen est très complet.

Scindée en 6 niveaux, la certification Cambridge propose une évaluation palier par palier, pour différents publics. Dès l’enfance, des tests sont proposés aux Young Learners English.

Pour les pros, 3 formules, à sélectionné selon l’objectif visé :

First Certificate English : équivalent du niveau requis par les grandes écoles, le FCE permet de converser avec aisance. C’est la certification la plus commune de la série Cambridge.

Certificate Advanced English : l’obtention de cette certification assure d’être à l’aise pour communiquer, en toute autonomie, à l’étranger.

Certificate of Profiency in English : équivalent du niveau C2 du CERCL, le CPE est la certification la plus complexe à obtenir. Elle assure d’être totalement bilingue et de gérer en toutes circonstances.

TOEFL

Plus académique que professionnel, le TOEFL évalue le niveau d’anglais sur la base de l’expression et de la compréhension, écrites comme orales. Généralement proposé au cours du cursus universitaire, il trouve sa place sur un CV, sans pour autant traduire une capacité à travailler régulièrement en anglais.

Davantage une référence à l’Université qu’en entrprise, le TOEFL a également une grille de lecture commune avec l’échelle CECR. En dessous de 57 points , vous êtes sous le seuil minimal de compréhension. Au delà de 87 points, vous éprouvez quelques difficultés, mais vous vous faites comprendre. Jusqu’à 110 points, vous êtes suffisamment à l’aise pour augmenter. Entre 110 et 120 points, you are the king of TOEFL !

CELP

Créée en 2015 par YES ‘N’ YOU, la certification CeLP propose une approche complète de l’apprentissage en langues (Anglais, Espagnol, Allemand et Français), tant dans la méthode que les acquis.

Les objectifs de cette certification sont d’évaluer l’ensemble des compétences et connaissances linguistiques acquises dans un contexte professionnel et social, et valider un niveau atteint et également une progression pédagogique. La certification se base sur l’échelle de niveaux du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL). La certification CeLP se base sur une évaluation continue, dite formation, de l’ensemble des compétences et connaissances constitutives du CECRL : savoirs, savoir-faire et savoir-être dans un contexte professionnel de l’apprenant. Le CeLP révèle ainsi un véritable niveau de pratique et de maîtrise d’une langue en situation professionnelle et sociale.

Le système d’évaluation se base sur ces compétences :

  • Comprendre la langue à l’oral
  • Comprendre la langue à l’oral sur des supports audio
  • Comprendre la langue écrite
  • Interagir à l’oral
  • Interagir à l’écrit
  • Produire à l’oral
  • Produire à l’écrit
  • Stratégies de communication

Délivrée en Blended Learning, cette formation certifiante propose d’alterner cours de préparation en ligne et cours privé avec professeur, pour accélérer la progression. Certificable dès 20h de formation, ce cursus est généralement effectué en moins de 4 mois.

Comment utiliser mon CPF ?

Qu’est-ce qu’est le CPF

 

Le Compte Personnel de Formation, plus connu sous l’acronyme CPF est un compte permettant aux salariés de se former tout au long de leur vie professionnelle quelle que soit leur situation ou leur contrat de travail.

Les crédits cumulés lors de votre temps de travail demeurent intégralement acquis, et ce en cas de changement de statut, de situation professionnelle ou de la perte d’emploi.

 

Le Compte Personnel de Formation remplace le DIF

 

Depuis le premier janvier 2015, le CPF a remplacé le DIF pour les salariés du privé afin d’optimiser l’accès à la formation. Avec le CPF, le salarié peut choisir une formation professionnelle sur son temps libre, sans l’accord de son employeur. Le Compte Personnel de Formation est rattaché à la personne et non plus à l’emploi.

La réforme du CPF est faite pour vous encourager à vous former, à mobiliser votre compte en vue de choisir l’avenir professionnel qui vous convint le mieux. Pour autant, les employeurs sont invités à participer au développement des compétences de leurs salariés et à la sécurisation de leurs parcours professionnel grâce au CPF.

 

 

Comment récupérer mes heures DIF ?

 

L’inscription des heures DIF n’est pas automatique. Pour convertir vos heures du DIF sur votre compte CPF, vous devez inscrire votre solde d’heures acquis manuellement. 

Comment faire ? 

  • Rendez-vous sur le site www.compteformation.gouv.fr ou bien sur l’application Mon Compte Formation
  • Cliquez sur l’onglet “Mes droits à la formation” puis “CPF privé + DIF” et entrez le solde de vos heures
  • Téléchargez votre justificatif
  • Votre solde sera crédité sur votre compteur en euros

 

Vous avez jusqu’au 30/06/2021 pour reporter vos heures DIF. Au-delà, elles seront inutilisables.

Vous pouvez trouver votre solde d’heures DIF :

  • Sur votre bulletin de salaire de décembre 2014
  • Sur une attestation d’heures DIF transmise par votre employeur
  • Sur votre certificat de travail remis par votre dernier employeur avant décembre 2014

Qu’est-ce que le nouveau CPF ?

 

Avec le nouveau CPF, votre compte sera alimenté à hauteur de 500 €/an en avril dans la limite d’un plafond global de 5 000 €. Si vous êtes en temps partiel, vos droits seront calculés au prorata.

A savoir : En fonction de vos qualifications, vous pourrez recevoir 800 € si votre activité est supérieure à 50% en durée sur l’année avec un plafond global de 8 000 €.

Les salariés qui n’ont pas utilisé toutes les heures acquises au titre du DIF pourront les transférer sur leur CPF dès le 1er janvier 2015. Ils disposeront alors jusqu’au 30 juin 2021. Ces heures seront entièrement cumulables avec celles acquises au titre du CPF.

Si vous êtes bénéficiaires de l’obligation d’emploi ou BOE, vous aurez un calcul des droits socles qui est le même que pour un salarié et une bonification forfaitaire de 300€ qui vous sera accordée.

Si vous êtes travailleurs handicapés en ESAT, vous aurez un forfait de 800 €, quelle que soit la durée de présence en 2019.

 

Un CPF pour les auto-entrepreneurs ? 

Si vous êtes un travailleur non salarié, 500 € vous seront versé en fonction de la durée de votre activité sur l’année.

 

Qui sont les personnes éligibles au CPF ?

 

Salariés : il s’adresse aux salariés Français depuis leur premier contact de travail jusqu’à leur retraite. Le CPF est utilisable par le salarié, tout au long de sa vie active pour suivre une formation qualifiante ou certifiante.

Stagiaires : étant donné que l’objectif d’un stage est pédagogique, le stagiaire dans une entreprise n’a pas de contrat de travail, il conserve son statut d’étudiant. Il s’agit de découvrir un secteur d’activité professionnelle et ne doit pas donner lieu à des tâches relevant normalement d’un contrat de travail.

Entreprises : si les entreprises ne peuvent pas accéder aux Compte Personnel de Formation de leurs collaborateurs, elles bénéficient d’un portail dédié pour gérer les abondements. En effet, les entreprises peuvent ajouter des crédits CPF dans le cadre d’une politique de co-financement de la formation professionnelle.

Alternants et travailleurs non salariés : les travailleurs non salariés et les alternants peuvent également avoir un CPF. La démarche à suivre est la même que pour les particuliers et vos droits vous seront versés en fonction de la durée de votre activité sur l’année. En tant qu’alternant, c’est comme si vous aviez un CDD, vos droits sont donc les mêmes que les salariés.

Et pour les demandeurs d’emploi : les périodes de chômage ne permettent pas d’acquérir des droits CPF. Cependant, il est tout à fait possible d’utiliser les crédits CPF déjà collectés. Dans ce cas, il est recommandé d’en parler directement avec un conseiller Pôle emploi ou avec un de nos conseillers, car, certains financements peuvent être possibles.

Organisme de formation : inévitablement, l’application est disponible aux Organismes de Formation qui doivent référencer les offres éligibles au CPF et gérer les demandes de formation. Ils disposent d’un portail dédié, appelé EDOF, pour gérer toute cette partie.

L’application Mon Compte Formation, comment ça marche ?

 

Depuis le 21 novembre 2019, le Gouvernement a lancé une application mobile et un nouveau site « Mon Compte Formation ». La nouvelle application du gouvernement permet à chacun de bénéficier de son CPF pour se former ! En quelques clics vous pourrez choisir votre formation, mobiliser vos droits CPF (c’est-à-dire payer directement avec vos crédits CPF) et s’il vous manque des crédits, vous pourrez payer directement avec votre carte bancaire sur le site ou bien en direct avec l’organisme de formation.

Vous pouvez télécharger cette application sur Iphone et Androïd. Elle est également accessible depuis un ordinateur sur l’interface Mon Compte Formation. L’inscription se fait en deux minutes. Il vous suffit d’entrer votre code de sécurité sociale, votre nom, votre mail, un mot de passe et le tour est joué !

Le Microlearning, booster de carrière

Microlearning, quézako ?

Le Microlearning est une formation en ligne en format court, qui facilite un apprentissage régulier et quotidien. Elle répond aux exigences des apprenants connectés qui peuvent se former facilement, n’importe où, dès lors qu’ils ont 5 minutes devant eux. Le format court va à l’essentiel.

Une solution de formation adaptée à des agendas ultra bookés

Le Microlearning est particulièrement adapté à ces apprenants surbookés qui n’ont pas ou très peu de temps à consacrer à une formation et qui veulent travailler plus vite, en toute autonomie. Elle s’insère parfaitement dans leurs vies surchargées. Ils peuvent ainsi facilement et naturellement inscrire leur formation dans leur emploi du temps. Entre lire un document de 3 pages ou regarder une vidéo de 3 minutes, l’apprenant choisit la vidéo !

De même que nous lisons plus facilement un tweet qu’un article, il est plus facile de trouver un créneau de 5 minutes que d’une heure dans son emploi du temps pour se former. ”Ma formation Blended Learning de 6 mois est composée d’exercices d’anglais de 2 à 5 minutes, d’exercices plus complets et en profondeur sur une thématique grammaticale et de RDV téléphoniques mensuels” témoignant Thierry Constant, directeur du service technique de France Boissons, qui a suivi une formation en anglais chez nous.

”Ce que je veux, où je veux, quand je veux”. L’apprenant peut se former en anglais aux moments les plus favorables de la journée pour lui. Sollicité de toutes parts, via les réseaux sociaux, les appels téléphoniques, SMS, collègues, ou tout simplement la vie en open space, l’apprenant a de grandes quantités d’informations à digérer tout au long de la journée. Il est plus facile pour lui de ne pas être dérangé et de travailler sans interruption pendant 5 minutes. De plus, le Microlearning se prête à l’apprentissage mobile : on peut se connecter n’importe où, depuis un smartphone ou une tablette.

 

Un apprentissage flexible et “just in time”

Autre atout, ”le microlearning favorise l’apprentissage adaptatif. L’apprenant est maître de sa formation : il peut aller directement sur la leçon qui l’intéresse. Il accède facilement aux infos qu’il juge utiles et qu’il peut appliquer de suite”. De la même manière que l’on ouvre un dictionnaire directement à la bonne page pour comprendre le sens d’un mot. Chacun peut suivre son propre parcours de formation, changer l’ordre et l’exercice selon ses besoins et ses intérêts. Résultat, les apprenants sont plus engagés et travaillent de manière plus assidue et régulière, ce qui les aide à progresser.

Sachant que pour apprendre une langue, ”mieux vaut que le rythme soit fréquent et intense, l’efficacité du Microlearning repose sur le fait que l’apprenant est libre de déclencher l’apprentissage à tout moment et de choisir les leçons” et gère lui-même la fréquence de la formation en fonction de ses besoins. ”Même si cela impose une certaine rigueur dans le rythme car c’est une démarche pro-active, il faut que l’apprenant prenne l’habitude de se connecter quotidiennement” avertit Thierry Constant.

Pour apprendre un mot ou un concept

Le Microlearning concerne presque tous les types de formation. Cependant, certaines ont besoin d’un effort soutenu et quelques concepts trop complexes se prêtent mal au fractionnement.

L’acquisition d’une langue étrangère dépend énormément de l’exposition de l’apprenant à la langue. Le Microlearning permet justement à l’apprenant d’accéder à la langue cible de manière quotidienne, de multiplier les moments pour s’exposer dans la journée et d’accéder à des points linguistiques de manière ponctuelle et précise. Ce peut être par exemple l’apprentissage de base, de mots-clés, de concepts, d’un point prévis de grammaire, sans rentrer dans les détails. Le principe, c’est une règle, avec un ou deux exemples, éventuellement des exercices. Et la possibilité de feedbacks immédiats. Ce sont des choses que l’on peut mettre en application tout de suite.

A l’image des vidéos et tutoriels d’apprentissage que l’on trouve en nombre sur Youtube. Les sessions sont variées avec de la grammaire ; la découverte de mots de vocabulaire, des questions sur le mode de vie etc. Ce sont des exercices accessibles, courts, percutants, rythmés et ludiques.

Sur une formation de deux heures, le risque est grand de perdre l’attention volatiles de l’apprenant. Une formation courte permet de mieux capter l’attention. Avec le microlearning, le niveau d’engagement reste très élevé, l’apprenant n’a pas le temps d’avoir un moment de fatigue ou de déconcentration. Qu’il soit conçu dans un registre drôle ou sérieux, chaque module est centré et respectueux de l’apprenant pour captiver son attention.

Pour être efficace, il doit être utilisé de manière  régulière et intégré dans une démarche globale, en étant jumelé avec d’autres types de formations, comme des séances en présentiez avec un professeur.

Et mieux mémoriser…

Autre paramètre lié à l’apprentissage humain qui plaide en faveur du Microlearning : au bout d’un moment, les mécanismes de la mémoire ne fonctionnent plus. Pour pouvoir ancrer des concepts dans le cerveau humain, mieux vaut ne pas tout apprendre en une journée et ne plus rien faire ensuite. Mieux vaut apprendre au fur et à mesure pour mieux mémoriser les choses. Et laisser le temps au cerveau de se reposes, ”espacer l’idée dans le temps.” Le but, ne pas submerger l’apprenant d’infos pour éviter la surcharge cognitive. De la même manière qu’une séance de vocabulaire ne doit pas être trop longue, auquel cas elle risque d’être contre-productive et leur mémorisation et application difficiles.

Dans une formation, il y a souvent beaucoup de choses complexes. Il est impossible de retenir toutes les infos. Ce serait contre-productif de tout expliquer et de donner trop d’exemple. Mieux vaut choisir les plus pertinents.

Bilan : Une séance de 3 minutes par jour pendant deux mois vaut mieux qu’une formation de deux heures dispensée en une fois !